Yves Brys

Yves Brys est licencié en sciences commerciales, option financement et gestion des risques (EHSAL). Il est également diplômé en études complémentaires en matière d'assurances (KUL) et a obtenu un Master in Financial and Actuarial Engineering (KUL). Il a également suivi un certain nombre de formations dont une spécialisée en droit des pensions (KUL).

Entre 2007 et 2015, il a travaillé chez AXA Belgium en tant que Research & Development Adviser dans le Corporate Technical Life Department. Il a aussi représenté AXA auprès d'Assuralia au sein de la Commission technique Santé et dans le groupe de travail eHealth.

Yves exerce également des activités au sein de l'Institut des actuaires en Belgique (IABE), où il est président du groupe de travail “Mortality”. Il est également  membre du groupe de travail ‘Deuxième pilier’ et du Comité des affaires internationales.

Dans le cadre des travaux du Centre d’expertise, il est chargé d’analyser les aspects actuariels des nouvelles réformes des pensions et de les traduire dans les modèles des pensions (notamment le basculement vers un système à points). Il sera également chargé d’établir un nouveau tableau («supplementary table on pension schemes in social insurance »)  des comptes nationaux qui présentera la dette implicite des régimes légaux de retraite.

 

Coordonnées

Equipes

  • Protection sociale, démographie et prospective
  • Accrued-to-date pension entitlements in Belgium

    Le « Tableau supplémentaire 29 : Droits à pension acquis à une date donnée dans le cadre de l'assurance sociale » relatif à la Belgique est publié en 2017 pour la première fois. Ce tableau couvre les régimes de pension de l’assurance sociale: les pensions légales et les pensions complémentaires, qu’elles soient couvertes ou non par des réserves. Le tableau 29 présente les droits à pension constitués à ce jour, soit les valeurs actuelles des droits à pension des retraités et une partie des droits constitués par les futurs bénéficiaires. Par conséquent, les engagements de pension ne représentent pas la dette publique et ne constituent pas un indicateur de la soutenabilité budgétaire ou financière des régimes de pension. Ils sont uniquement appropriés à des fins de comptabilité nationale. Les droits à pension acquis ne peuvent être interprétés que comme des actifs des ménages en comptabilité nationale. Une évaluation de la soutenabilité des régimes de pension est présentée dans les rapports de l’Ageing Working Group et du Comité d’étude sur le vieillissement.

    Working Paper 06-17 [31/05/2017]
  • Regularisatie studieperioden in de werknemersregeling - Typegevallen analyse

    Ce Working Paper examine pour quelles personnes il est avantageux de régulariser ses périodes d’études et combien de périodes d’études seraient régularisées dans le régime salarié.
    Cette étude de cas-types tient compte de différents niveaux de revenu, de différentes périodes de paiement de la cotisation de régularisation, du nombre d’années de carrière effectives et du nombre de périodes d’études régularisées. Dans une même période de régularisation, il faut attendre d’autant plus longtemps pour retirer un gain financier de la régularisation que les revenus et la durée de carrière augmentent. Une personne n’ayant plus la possibilité de régulariser ses périodes d’études dans les 10 ans après avoir obtenu son diplôme pourrait retirer un gain financier si elle procède à la régularisation pendant la période de la mesure transitoire.

    Working Paper 03-17 [27/04/2017]
  • Le concept de "métiers lourds" dans la législation de pensions de certains pays européens

    Réalisé à la demande du comité d’accompagnement du Centre d’expertise des pensions, le présent rapport offre une vue d’ensemble des manières dont la notion de « métier lourd » est prise en compte dans les législations en matière de pensions de plusieurs pays de l’Union européenne. La notion de « métier lourd » n’est pas prise en compte de manière uniforme dans les différents pays. Deux grandes tendances se dessinent pour définir cette notion : les législations les plus anciens recourent à une prise en compte par une liste de métiers, les plus récents se basent sur une liste de critères objectifs. Dans quelques cas, ces derniers critères incluent des critères de charge psychique. À quelques exceptions près, toutes les réglementations sur les métiers lourds se limitent aux travailleurs salariés du secteur privé.

    OPREP201603 [18/03/2016]
Please do not visit, its a trap for bots