Page Title

Actualités

Tout ce qui fait ou fera l’actualité du BFP est présenté dans cette rubrique : qu’il s’agisse de ses dernières études, des communiqués de presse en relation avec celles-ci, d’articles ou encore l’annonce de ses prochaines publications, workshops, colloques.

Communiqués de presse & articles (102)

2020

  • L’économie belge devrait se contracter de 10,6 % en 2020, avant de se redresser partiellement en 2021 (8,2 %) ( 05/06/2020 )

    La pandémie de coronavirus et les mesures de confinement ont de lourdes répercussions sur l’économie mondiale. L’économie belge traverse également une profonde récession en ce premier semestre de l’année 2020. Notre scénario table sur une forte reprise en 2021, laquelle ne compense toutefois que partiellement le repli de 2020. L’emploi intérieur baisserait de 111 000 personnes sur l’ensemble des deux années 2020 et 2021.

    Le choc économique actuel est inédit depuis la seconde guerre mondiale et complique considérablement l’exercice d’élaboration de perspectives économiques. Les chiffres du présent Budget économique sont largement tributaires de plusieurs hypothèses cruciales quant à l’ampleur et à la durée de la crise et sont sujets à bien plus d’incertitudes que d’habitude. Dans ce scénario, nous partons notamment de l’hypothèse que le redémarrage de l’activité en Belgique et à l’étranger n’est pas compromis par de nouvelles mesures de confinement qui seraient dictées par une résurgence de la pandémie. Cette éventualité demeure toutefois un risque important à la baisse.

    Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du Budget économique au ministre de l’Économie. Les présentes perspectives macroéconomiques ne prennent en compte que les mesures dont les modalités d’application sont connues avec suffisamment de précision.


  • Impact économique de la crise sanitaire « Covid-19 » : un scénario ( 08/04/2020 )

    Sur base d’un scénario envisageant un confinement de la population au régime actuel pour une durée de 7 semaines, la Banque nationale de Belgique et le Bureau fédéral du Plan estiment que le PIB réel de l’économie belge pourrait se contracter de 8% en 2020. Un rebond (+8,6 %) est envisagé en 2021 pour autant que la phase aigüe de la crise (concentrée sur la première moitié de 2020) n’inflige pas de dommage substantiel au potentiel productif de l’économie. La BNB et le BFP s’attendent à ce que les mesures prises pour protéger le revenu disponible des ménages jettent les bases d’une reprise rapide de la consommation à partir du troisième trimestre de cette année. L’analyse montre par ailleurs que la trésorerie des entreprises subit un stress considérable reflétant les pertes de chiffre d’affaires. La vigueur de la reprise envisagée pour la seconde moitié de l’année et en 2021 repose sur l’hypothèse technique que le stress de trésorerie ne donne pas lieu à des problèmes de solvabilité conduisant à de nombreuses faillites d’entreprises et, par extension, à une hausse durable du chômage. L’impact attendu sur les finances publiques est à la mesure du choc, avec un déficit d’au moins 7,5 % du PIB et une dette autour de 115 % fin 2020.


  • La croissance de l’économie belge devrait s’établir à 1,4 % en 2020 ( 06/02/2020 )

    En comparaison avec nos prévisions de septembre dernier, les perspectives de croissance de l’économie belge pour 2020 sont revues à la hausse de 1,1 % à 1,4 %. L’estimation de la croissance trimestrielle de 2020 reste inchangée, mais un effet d’acquis de croissance plus favorable – lié à la croissance plus soutenue que prévu au second semestre 2019 – entraîne une révision à la hausse de la croissance calculée sur base annuelle. L’emploi, pour sa part, progresserait de 53 000 personnes cette année tandis que l’inflation fléchirait à 1,1 %.

    Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Les présentes perspectives macroéconomiques ne prennent en compte que les mesures dont les modalités d’application sont connues avec suffisamment de précision.


2019

  • La croissance de l’économie belge ne dépasserait pas 1,1 % en 2019 et 2020 ( 05/09/2019 )

    Les perspectives pour l’économie européenne se sont assombries depuis notre dernière estimation réalisée en juin, et ce en raison de l’augmentation de l’incertitude qui entoure les tensions commerciales et le Brexit. Notons que les présentes perspectives ne tiennent pas compte des effets directs d’une éventuelle sortie sans accord du Royaume-Uni de l’Union européenne, laquelle demeure un risque important.

    Les chiffres de la croissance du PIB belge ont par conséquent été revus à la baisse par rapport à notre estimation de juin qui prévoyait une croissance de 1,3 % pour 2019 et pour 2020. L’emploi, pour sa part, augmenterait sensiblement moins l’année prochaine que cette année mais progresserait néanmoins encore de 99 000 personnes sur l’ensemble des deux années. Quant à l’inflation, après avoir atteint 2,1 % en 2017 et 2018, elle fléchirait à 1,5 % cette année et à 1,4 % l’an prochain.

    Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Ces perspectives macroéconomiques n’anticipent pas les éventuelles mesures d’économies budgétaires (et leur impact économique) que les nouveaux gouvernements seront amenés à prendre.


  • La croissance de l’économie belge s’établirait à 1,3 % tant en 2019 qu’en 2020 ( 06/06/2019 )

    En comparaison avec nos prévisions de février, notre estimation de la croissance du PIB belge de 1,3 % pour 2019 reste inchangée. En 2020, la croissance économique s’établirait également à 1,3 %. Si les créations d’emploi (95 000 sur l’ensemble des deux années) restent soutenues, elles sont toutefois moins importantes qu’au cours des deux dernières années. L’inflation fléchirait à 1,7 % cette année pour s’établir à 1,5 % l‘an prochain. Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Ces perspectives macroéconomiques n’anticipent pas les éventuelles mesures d’économies budgétaires que les futurs gouvernements seront amenés à prendre, ce qui implique des risques à la baisse en ce qui concerne les dépenses publiques et leur impact sur la croissance économique.


  • Perspectives économiques 2019-2024 - Version de février 2019 ( 14/02/2019 )

    Ces perspectives contribuent à la préparation du nouveau Programme de Stabilité et du nouveau Programme National de Réforme. Le rapport publié ce 14 février reprend les principales hypothèses et les principaux résultats de la version préliminaire des « Perspectives économiques 2019-2024 », laquelle est également utilisée comme scénario de référence pour le chiffrage des programmes électoraux. La version définitive des « Perspectives économiques 2019-2024 » sera publiée en juin 2019.


  • La croissance de l’économie belge fléchirait à 1,3 % en 2019 ( 07/02/2019 )

    En comparaison avec nos prévisions de septembre dernier, les estimations de croissance pour l’économie européenne en 2019 sont moins favorables. Dans ce contexte, nos prévisions de croissance pour le PIB belge en 2019 ont été revues à la baisse, de 1,5 % à 1,3 %. L’emploi continue toutefois de progresser sensiblement (+44 000 personnes), presque exclusivement sous l’impulsion du secteur marchand. Quant à l’inflation, elle ralentirait à 1,6 %.

    Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Ces perspectives macroéconomiques ne prennent en compte que les mesures dont les modalités d’application sont suffisamment détaillées.


2018

  • La croissance de l’économie belge s’établirait à 1,5 % en 2018 et en 2019 ( 06/09/2018 )

    Les perspectives pour l’économie belge en 2018 et 2019 ont été légèrement modifiées par rapport à nos perspectives de juin. La croissance économique est revue à la baisse de 0,1 point de pourcentage pour chacune des deux années. Tout comme dans la plupart des autres pays de la zone euro, la croissance du PIB est restée en deçà des attentes au second trimestre de 2018. En ce qui concerne l’emploi, il progresserait d’un peu plus de 100 000 personnes sur l’ensemble des deux années. Quant à l’inflation, elle fléchirait légèrement pour atteindre 1,9 % en 2019 contre 2,0 % cette année.


  • La croissance de l’économie belge devrait légèrement s’accélérer cette année pour atteindre 1,8 % ( 08/02/2018 )

    La croissance économique de la zone euro a surpris positivement l’an dernier (2,5 %) et devrait rester vigoureuse en 2018 (2,2 %). Dans ce contexte, les perspectives de croissance de l’économie belge pour 2018 ont été revues légèrement à la hausse (1,8 %) par rapport à nos perspectives de septembre. L’emploi devrait poursuivre sa progression, à hauteur de 57 000 unités cette année. L’inflation devrait reculer quelque peu pour atteindre 1,7 %, et ce en raison de l’appréciation de l’euro et de la baisse marquée des prix de l’électricité en Région flamande. Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Ces prévisions macroéconomiques servent de base au contrôle budgétaire pour l'année 2018.


2017

  • La croissance de l’économie belge s’établirait à 1,7 % tant en 2017 qu’en 2018 ( 07/09/2017 )

    Cette année ainsi que l’année prochaine, la croissance de la zone euro devrait rester soutenue, atteignant respectivement 2,1 % et 1,8 %, en hausse par rapport aux prévisions prévalant en juin dernier. Notre prévision de croissance pour l’économie belge est également revue à la hausse, quoique de façon plus modeste. L’emploi devrait progresser de 104 000 unités sur l’ensemble de la période 2017-2018. Quant à l’inflation, elle ralentirait nettement en 2018.

    Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Ces perspectives macroéconomiques s’inscrivent dans le cadre de la préparation du budget 2018.


  • La croissance de l’économie belge s’établirait à 1,6 % tant en 2017 qu’en 2018 ( 08/06/2017 )

    La conjoncture européenne apparaît actuellement plus robuste qu’anticipé après le référendum sur le Brexit. Notre prévision de croissance pour l’économie belge en 2017 a, dès lors, été revue à la hausse pour s’établir à 1,6 %. En 2018, la croissance se maintiendrait à 1,6 %. Au cours de ces deux années, celle-ci est principalement soutenue par la consommation des particuliers et les investissements des entreprises. L’emploi progresserait de 105 000 unités sur l’ensemble des deux années. Quant à l’inflation, elle ralentirait en 2018. Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Ces perspectives macroéconomiques s’inscrivent dans le cadre de la préparation du budget 2018.


  • La croissance de l’économie belge s’accélérerait légèrement en 2017, atteignant 1,4 % ( 09/02/2017 )

    Depuis la publication des prévisions économiques de septembre 2016, la prévision de croissance pour l’économie européenne en 2017 a été légèrement revue à la hausse. La croissance du PIB belge pour 2017 est dès lors relevée, passant de 1,2 % à 1,4 %. En outre, la croissance économique belge de 2016 et 2017 semble plus intensive en emplois qu’anticipé initialement. L’inflation dépasserait légèrement 2 % en 2017 en raison de l’augmentation du prix du pétrole.


  • Des investissements publics pour soutenir la croissance en Belgique ( 27/01/2017 )

    Une simulation du Bureau fédéral du Plan montre que les autorités publiques peuvent stimuler la croissance économique à long terme en réalisant davantage d'investissements. Comme la croissance supplémentaire ainsi générée est bénéfique pour les caisses de l’Etat, le coût de cette mesure reste limité.


2016

  • Perspectives économiques régionales 2016-2021 ( 08/07/2016 )

    Le Bureau fédéral du Plan (BFP), l’Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse (IBSA), le Studiedienst van de Vlaamse Regering (SVR) et l'Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS) présentent, ce 8 juillet 2016, les résultats des nouvelles perspectives économiques régionales 2016-2021.


 1 de 5  press.php?lang=fr&TM=34&Grid1Page=2 press.php?lang=fr&TM=34&Grid1Page=5
Please do not visit, its a trap for bots