Communiqués de presse & articles (28)

2018

  • Indisponibilité nucléaire en novembre ( 03/10/2018 )

    Le vendredi 21 septembre 2018, ENGIE, l’exploitant opérationnel des sept réacteurs nucléaires sur le territoire belge, a annoncé que l’unité nucléaire T3 sera à l’arrêt cinq mois de plus que prévu (jusqu’au 1er mars 2019), que l’unité T2 ne sera pas opérationnelle avant début juin 2019 et que l’unité T1 subira un entretien planifié fin octobre. Cette annonce a indubitablement un impact sur le parc électrique belge. Il avait déjà été communiqué précédemment que D1, D2 et D4 seraient également à l’arrêt jusque décembre 2018. Dans la pratique, cela signifie que, durant tout le mois de novembre 2018, seul un des sept réacteurs nucléaires sera en mesure de produire de l’électricité. Vu la part importante de l’énergie nucléaire dans le parc de production d’électricité belge et l’indisponibilité de 85 % de cette capacité durant l’hiver, un suivi minutieux et continu de l’adéquation de l’offre à la demande est nécessaire. D’autant plus qu’une panne totale aurait un énorme coût économique en Belgique.


  • Comment obtenir une énergie propre pour tous les Belges ? ( 17/05/2018 )

    L’accord de Pâques est conclu et la stratégie énergétique est approuvée. Pour que cette stratégie se transforme en un plan opérationnel, elle doit encore être traduite en chiffres. En outre, la Belgique doit introduire, en application du paquet ‘Une énergie propre pour tous les Européens’, un projet de plan national Énergie et Climat auprès de la Commission européenne pour la fin 2018. Le Bureau fédéral du Plan apporte sa contribution à ce projet par le biais de sa dernière publication. Celle-ci fait suite à la publication, en octobre 2017, des Perspectives énergétiques qui s’appuient sur un seul scénario, soit un scénario dépourvu d’objectifs ou de nouvelles politiques au-delà de 2020, appelé scénario de référence.


2017

  • Énergie, électricité et émissions : les calculs du Bureau fédéral du Plan ( 30/11/2017 )

    A la veille de périodes propices à la réflexion, le Bureau fédéral du Plan recommande à celles et ceux que l’avenir énergétique et climatique du pays intéresse la lecture des quatre études qu'il a publiées au cours de l'année écoulée. Chacune de celles-ci rassemble nombre d'informations factuelles qui aideront à des prises de décisions fondées sur des données quantifiées dans le cadre de la transition énergétique nationale et européenne. Les aspects clefs de la politique énergétique sont en effet chiffrés de manière détaillée dans ces diverses études, qu'il s'agisse de la sécurité d'approvisionnement énergétique de la Belgique dans le contexte européen, de l’évolution des émissions de gaz à effet de serre dans les différents secteurs d'activité, des besoins d'investissements en production d'électricité, de l'évolution des coûts de l’énergie, etc... A l'image du jeu de société « Puissance 4 », le Bureau Fédéral Plan aligne ses quatre études et les met à la disposition des autorités et du public comme autant de pions dont la combinaison devrait aider à la concrétisation du pacte énergétique annoncé par les autorités fédérale et régionales.


2015

2014

  • Perspectives énergétiques : messages pour l’avenir ( 17/10/2014 )

    Aujourd’hui, le fonctionnement de la société est impensable sans énergie ni électricité. L'énergie est indispensable tant aux industries qu'aux services, aux transports, à l’agriculture et aux ménages. Le Bureau fédéral du Plan publie tous les trois ans des perspectives énergétiques à long terme; dans la présente édition, il fait plus particulièrement le point sur l’évolution du système énergétique belge à politique inchangée d’ici 2050.


  • When the lights go out: the monetary impact of a large scale blackout in Belgium ( 19/08/2014 )

    The power landscape is growing ever more complex due to, among other things, legislation and targets defined at several levels which tend to influence (and sometimes contradict) one another. One can wonder if the different economic agents can still see the wood for the trees and if the lights will stay on all the time. The first in line to worry is the federal government, since it carries the responsibility of permanently guaranteeing the security of supply. In times of increased electricity production by variable energy sources 1 (solar PV, wind) and of distorted investment signals, how to guarantee security of supply is not obvious. The absence of investment in sufficient reserve capacity and – in the worst case scenario – inadequacy of generation capacity may lead to soaring societal costs. This Working Paper focuses on the specific event of things going wrong in spite of all initiatives and mechanisms put in place: a national blackout paralyzing the entire Belgian economy for one hour and its price tag are scrutinised.


2013

  • Des emplois dans les énergies renouvelables ? Le travail ne manque pas ( 18/09/2013 )

    Des emplois dans les énergies renouvelables ? Le travail ne manque pas

    Le potentiel de création d’emplois d’un système énergétique basé à 100 % sur les énergies renouvelables à l’horizon 2050 se situe entre 21.000 et 65.000 emplois à temps plein d'ici 2030. C’est le résultat d’une analyse réalisée par le Bureau fédéral du Plan dans le cadre d’une étude commanditée par les quatre ministres belges en charge de l’énergie. Cette étude complète des travaux antérieurs menés par un consortium de trois partenaires scientifiques.


2012

2011

  • L’avenir de l’énergie & les énergies de demain : Zoom sur le système énergétique belge ( 17/11/2011 )

    L’avenir de l’énergie & les énergies de demain : Zoom sur le système énergétique belge

    Changements climatiques, e-mobilité, éoliennes offshore, utilisation accrue du gaz naturel, sortie du nucléaire postposée... tant d’expressions qui font aujourd’hui le buzz dans le domaine énergétique en Belgique. Ces thèmes sont abordés dans la nouvelle publication “Perspectives énergétiques à long terme” du Bureau fédéral du Plan qu’il réalise tous les trois ans. Cette étude met en lumière le système énergétique belge et analyse les facteurs et sources d’énergie dominants dans un monde où l’avenir de l’énergie est emprunt d’incertitudes.


2010

  • “Bientôt en voiture électrique, Simone ?” ( 01/06/2010 )

    “Bientôt en voiture électrique, Simone ?”

    On parle beaucoup ces derniers temps des véhicules électriques (VE). Deux événements récents ont contribué à stimuler cette technologie : l’adoption du paquet énergie-climat ainsi que la crise financière et économique. Cette crise a débouché sur l’élaboration d’un Plan européen pour la relance économique, lequel propose une initiative visant à promouvoir des technologies plus propres dans le secteur automobile. Se basant sur des études récentes, le Bureau fédéral du Plan a réalisé une première analyse quantitative du développement des véhicules électriques et des incidences que la politique climatique pourrait avoir sur ce développement. Il a également mesuré l’impact de plusieurs taux de pénétration des véhicules électriques sur la future demande en électricité.


2009

  • Economic impacts of tax-shifting operations ( 21/12/2009 )

    This study is devoted to the analysis of the main effects on the Belgian economy, for the period 2010-2020, of various forms of tax-shifting aimed at increasing taxes on energy and, simultaneously, decreasing other forms of taxation. All these variants have been simulated using the FPB’s medium-term model for Belgian  economy (HERMES).


  • Des perspectives économiques marquées par la crise financière ( 20/05/2009 )

    Les nouvelles Perspectives économiques 2009-2014 pour la Belgique s’inscrivent dans un contexte mondial marqué par la crise financière et la profonde récession économique engendrée par celle-ci. Le scénario macroéconomique international retenu au-delà de 2010 est basé sur l’analyse d’un ensemble de crises financières passées. Il postule une sortie de crise sans reprise conjoncturelle forte, de sorte que la perte d’activité liée à la crise actuelle ne serait pas rattrapée au cours de la période de projection. Ce scénario présente, toutefois, un degré d’incertitude exceptionnellement élevé.


2008

  • Impact du paquet Energie-Climat sur le système énergétique et l’économie belge ( 19/12/2008 )

    A la demande des autorités fédérale et régionales de l’environnement, le Bureau fédéral du Plan a évalué les conséquences énergétiques et économiques pour la Belgique du paquet Energie-Climat présenté par la Commission européenne le 23 janvier 2008. Le paquet Energie-Climat fait suite à la décision du Conseil européen de mars 2007 de fixer des objectifs précis au niveau européen pour les émissions de gaz à effet de serre et les sources d’énergie renouvelables, à savoir réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020, voire de 30 % en cas d'accord international sur la question et porter la part des sources d’énergie renouvelables dans la consommation énergétique à 20 % d’ici 2020. Le paquet Energie-Climat propose, entre autres, un partage de l’effort entre les Etats membres, des mesures concrètes et des modalités de mise en oeuvre pour atteindre les objectifs. Ce sont ces propositions, appliquées à la Belgique, qui ont fait l’objet d’une évaluation.


2007

  • Belgium’s energy future challenged by climate change ( 10/12/2007 )

    Every three years, the Federal Planning Bureau  releases a publication on the long-term energy projections  for Belgium, based on the energy model PRIMES.  This Planning Paper is the third in the series and puts the  emphasis on the link with climate change. Amongst  other things, a baseline and a selection of emission  reduction scenarios for the period after 2012 are  described.


  • L’avenir énergétique de la Belgique : y a-t-il de la lumière au bout du tunnel de Kyoto ? ( 27/11/2007 )

    Tous les trois ans, le Bureau fédéral du Plan publie un Planning Paper (PP) décrivant les perspectives énergétiques à long terme pour la Belgique calculées à l’aide du modèle énergétique PRIMES. La dernière édition de ce PP, le troisième de la série, s’inscrit plus spécifiquement dans le contexte du changement climatique. A une époque où les médias évoquent continuellement le changement climatique, l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre et les réductions d’émissions de CO2, il est en effet important d’avoir une idée de ce que ces notions signifient pour la Belgique, et, plus précisément, pour notre système énergétique national. L’idée de cette étude du Bureau fédéral du Plan (BFP) est de décrire un certain nombre de scénarios alternatifs afin de voir, quantitativement parlant, à quoi ressemblera notre système énergétique national si certaines options politiques sont prises (ou pas). L’étude décrit principalement un scénario de référence et une sélection de scénarios de réduction des émissions pour la période au-delà de 2012, année d’échéance de l’engagement Kyoto.


  • Regionalisation of long-term energy projections for Belgium (horizon 2030) ( 05/10/2007 )

    In 2004, the Federal Planning Bureau has published two reports on long-term energy projections. They describe long-term energy projections for Belgium, but do not provide results on the level of the three Belgian regions (Flemish, Walloon and Brussels Capital). Since some major responsibilities in the field of energy have been regionalised, an insight into regional energy projections seems to be indispensable. The regions not only have to prepare an energy policy plan for the short term, but also have to come up with an energy plan that overlooks a more elaborate time horizon. At the request of theregions, the Federal Planning Bureau therefore embarked on a regionalisation of the energy scenarios described in the two cited reports, the results of which can be found in two working papers: one describing the results for the Flemish Region, the other the Region of Brussels Capital.


  • Energy policy and the climate issue: a challenge for Belgium ( 06/03/2007 )

    This paper sheds light on several challenges related to the development of the energy system in Belgium up to 2050, taking into account constraints on the emissions of greenhouse gases (GHG) in a European context. It is based on two studies carried out by the Federal Planning Bureau in 2006 that deal with the related energy and climate change issues.


2006

  • Network industry reform in Belgium: the macroeconomic impact ( 06/10/2006 )

    Two Working Papers on the macroeconomic impact of network industry reform have been published. The first is a detailed report in Dutch, the second a summary paper in English. The analysis builds on a simulation by FPB’s macroeconometric model HERMES, and a simulation by IMF’s general equilibrium model GEM. Although both simulations were based on the same exogenous input, they gave significantly different outcomes. This sheds light on the applicability of different modelling approaches to an issue at hand.


  • Le Bureau fédéral du Plan présente ses perspectives économiques 2006-2011 ( 19/05/2006 )

    Dans la foulée de la reprise amorcée au second semestre 2005, la croissance de l’économie belge se confirmerait en 2006 et 2007 pour atteindre en moyenne 2,2 % sur la période de projection. Elle resterait donc supérieure à sa croissance potentielle et à celle de la zone euro, malgré le prix élevé du pétrole et les incertitudes relatives à l’évolution des taux de change.

    Malgré la poursuite de l’érosion de l’emploi dans l’industrie, l’emploi intérieur total, en forte hausse dans les services marchands, augmenterait significativement : de 2006 à 2011, 216 000 emplois devraient être créés. Les effets de la modération salariale et des mesures de subvention à l’emploi, comme par exemple les titres-services, contribuent à cette hausse. L’augmentation de la population active resterait importante sur la période de projection. Cette augmentation est notamment due aux différentes mesures destinées à freiner les départs à la prépension et à la pension ainsi qu’aux effets de l’accroissement tendanciel des taux d’activité (de la population féminine essentiellement). Le chômage n’enregistrerait qu’une baisse limitée.

    Les émissions de gaz à effet de serre devraient légèrement diminuer et se rapprocher des niveaux correspondant aux engagements internationaux pris par la Belgique, toutefois sans les atteindre. Les effets de mesures déjà prises mais pas encore appliquées, conjugués à un éventuel recours aux mécanismes de flexibilité prévus par les accords internationaux, devraient permettre d’atteindre les objectifs fixés.

    Malgré des mesures ponctuelles plus importantes que celles prises en 2005, l’équilibre budgétaire ne serait pas complètement assuré en 2006. Néanmoins, le contrôle budgétaire annoncé pour ce mois de juin devrait permettre de rétablir cet équilibre. En 2007, le déficit s’accentuerait et les objectifs du programme de stabilité ne seraient pas rencontrés. D’importantes mesures correctrices seraient nécessaires pour revenir à l’équilibre.

    La baisse de l’endettement public devrait malgré tout se poursuivre et passerait de 93,9 % du PIB en 2005 à 78 % du PIB en 2011.


 1 de 2  press.php?lang=fr&TM=45&Grid1Page=2 press.php?lang=fr&TM=45&Grid1Page=2
Please do not visit, its a trap for bots