Page Title

Publications

Dans un souci de transparence et d’information, le BFP publie régulièrement les méthodes et résultats de ses travaux. Les publications sont organisées en séries, entre autres, les perspectives, les working papers et planning papers. Certains rapports peuvent également être consultés ici, de même que les bulletins du Short Term Update publiés jusqu’en 2015. Une recherche par thématique, type de publication, auteur et année vous est proposée.

La demande d’électricité en Belgique à l’horizon 2010 : Analyse comparative de projections réalisées entre 1999 et 2001 [Working Paper 07-03]

L’analyse présentée dans ce papier s’inscrit dans le cadre de la loi du 29 avril 1999 relative à l’organisation du marché de l’électricité. Selon l’article 3, §1 de cette loi, le Bureau fédéral du Plan est consulté par la Commission de Régulation de l’Electricité et du Gaz (creg) en vue de l’établissement par cette dernière du programme indicatif des moyens de production d’électricité. Dans ce contexte, et profitant de ses travaux sur les perspectives énergétiques de long terme pour la Belgique, le Bureau fédéral du Plan a mené à bien une analyse comparative de projections de la demande d’électricité issues d’études réalisées entre l’automne 1999 et l’été 2001. Cette analyse a été complétée par des informations obtenues auprès des principales fédérations industrielles belges et transmise à la creg à l’automne 2001. Fin 2001, l’analyse a été enrichie par de nouvelles projections provenant de l’étude du Bureau fédéral du Plan sur l’évaluation de l’impact des mesures fiscales et non fiscales sur les émissions de co2.

Suite à la transmission par la creg, début 2003, de sa “Proposition de programme indicatif des moyens de production d’électricité 2002-2011” au secrétaire d’Etat à l’Energie, le Bureau fédéral du Plan publie l’analyse qu’il a menée. Il est important de souligner que cette dernière est publiée en l’état et qu’elle ne considère donc pas l’impact des événements qui ont marqué les économies belge et internationale après le milieu de l’année 2001. La persistance du ralentissement de la croissance économique observé au début de l’année 2001, a sans conteste conduit à une croissance plus faible de la consommation d’électricité en Belgique et modifié les perspectives de certains secteurs industriels. Malgré cela et parce qu’elle fournit un éventail d’évolutions plutôt qu’une tendance unique, l’analyse menée constitue toujours une référence pertinente à l’horizon 2010.


Ce papier présente donc une analyse de la demande future d’électricité en Belgique à un horizon de dix ans. Elle se base essentiellement sur des études belges réalisées de 1999 à 2001, mais fournit également une analyse détaillée des déterminants de la demande d’électricité dans les secteurs consommateurs les plus significatifs, ainsi qu’une confrontation des perspectives sectorielles avec le point de vue de fédérations d’industries recueilli au printemps 2001. A la lumière de cette analyse, des scénarios ou tendances d’évolution de la demande d’électricité sont ensuite proposés.
Contrairement à une approche qui consiste à élaborer des variantes autour d’une projection de référence, l’approche retenue privilégie la représentation d’évolutions contrastées correspondant à des niveaux d’action différents sur la demande. De cette manière, l’analyse les intègre dans le processus de planification des moyens de production et par là élargit l’éventail des options qui s’offrent à la décision politique dans le cadre, entre autres, du respect des engagements de la Belgique dans les domaines environnementaux (Protocole de Kyoto, Protocole de Göteborg, etc.) et de la sécurité de l’approvisionnement énergétique. En effet la dureté de certaines contraintes, comme celle relative aux émissions des gaz à effet de serre, montre la nécessité de combiner politiques de demande et d’offre.


Cette approche est partiellement en phase avec les recommandations des experts internationaux chargés d’évaluer le rapport de la Commission ampere car elle étudie les potentiels d’économies d’électricité. Elle laisse cependant de côté la définition et l’évaluation des politiques de mise en oeuvre de ces potentiels.


Si elle met l’accent sur les possibilités de réduction de la demande, l’étude reconnaît et analyse également le rôle des incertitudes auxquelles se heurte toute projection. Parmi celles-ci, il faut citer l’évolution des prix des énergies sur les marchés internationaux, le contexte macro-économique, les améliorations escomptées de l’efficacité énergétique, les changements structurels et technologiques.

  Documents associés

    None

  Données à consulter

None

Please do not visit, its a trap for bots