Page Title

Publications

Dans un souci de transparence et d’information, le BFP publie régulièrement les méthodes et résultats de ses travaux. Les publications sont organisées en séries, entre autres, les perspectives, les working papers et planning papers. Certains rapports peuvent également être consultés ici, de même que les bulletins du Short Term Update publiés jusqu’en 2015. Une recherche par thématique, type de publication, auteur et année vous est proposée.

Mesurer la soutenabilité du bien-être : construction de quatre indicateurs composites pour mesurer le bien-être des générations futures en Belgique [WP 02-20]

Ce Working Paper propose quatre nouveaux indicateurs composites pour mesurer la soutenabilité du bien-être à partir de l’évolution du stock de capitaux transmis aux générations futures. Ces indicateurs mesurent l’évolution des capitaux humain, social, environnemental et économique. Leur analyse indique que la soutenabilité du bien-être en Belgique est remise en question du fait de la diminution du capital environnemental.

Dans le cadre de la loi du 14 mars 2014 et des rapports sur les indicateurs complémentaires au PIB, le Bureau fédéral du Plan (BFP) a développé des indicateurs composites afin de mesurer le bien-être et le développement de la société. Organisés autour de trois dimensions du développement durable, ces indicateurs mesurent le bien-être actuel en Belgique (la dimension Ici et maintenant), celui des générations futures (la dimension Plus tard) et celui des personnes vivant dans les autres pays (la dimension Ailleurs). Après avoir proposé des indicateurs composites pour la dimension Ici et maintenant, les recherches se sont tournées vers la dimension Plus tard. Ce Working Paper propose quatre nouveaux indicateurs composites pour mesurer la soutenabilité du bien-être en Belgique.

Partant du principe que le bien-être futur ne peut être observé ni projeté , les indicateurs composites ont été construits à partir d’un cadre conceptuel qui consiste à mesurer la soutenabilité du bien-être sur base de l’évolution du stock de ressources transmis aux générations futures. Ce cadre ne précise pas comment ce bien-être doit être produit ou ce qui le détermine, mais que certaines ressources sont nécessaires afin de donner la possibilité aux générations futures d’atteindre un niveau de bien-être équivalent à celui qui prévaut aujourd’hui. Ce cadre conceptuel, dénommé approche par les capitaux, est organisé autour de quatre capitaux : humain, social, environnemental et économique. Chaque capital est mesuré à l’aide d’un indicateur composite et subdivisé en sous-capitaux.

À partir de ce cadre conceptuel, treize indicateurs ont tout d’abord été sélectionnés. Parmi ceux-ci, dix proviennent de la liste proposée dans le rapport sur les indicateurs complémentaires au PIB. Trois autres indicateurs ont été retenus suivant les recommandations faîtes au niveau international lorsqu’il s’agit de mesurer les capitaux. Ces indicateurs sont tous disponibles sur le site www.indicators.be développé par le BFP. Différentes méthodologies ont ensuite été testées pour la construction des indicateurs composites et leurs résultats comparés. La méthodologie retenue consiste à normaliser les composantes de chaque capital à 100 pour la première année pour laquelle elles sont disponibles. Ces composantes sont finalement agrégées de manière linéaire pour former les indicateurs Capital humain, Capital social, Capital environnemental et Capital économique.

L’analyse fait apparaître que les indicateurs Capital humain et Capital économique ont augmenté alors que l’indicateur Capital social est resté stable et que l’indicateur Capital environnemental a diminué. La décomposition de ces indicateurs composites permet de comprendre leur évolution dans le temps.

Concernant l’indicateur Capital humain, c’est l’ensemble de ses composantes qui a contribué à sa hausse. À partir de 2012, l’indicateur est néanmoins resté stable : la hausse du nombre de diplômés du supérieur a été compensée par une diminution de la qualité de l’éducation. Concernant l’indicateur Capital social, les indicateurs de réseaux avec les amis et la famille sont restés stables entre 2005 et 2016. La confiance envers les autres s’est quant à elle améliorée ce qui a permis de compenser la baisse de la confiance envers les institutions observée au moment du déclenchement de la crise économique et financière. L’indicateur Capital environnemental indique que les stocks de ressources naturelles ont diminué entre 1992 et 2017. Cela concerne l’ensemble des ressources : l’air, l’eau, la terre et la biodiversité. Seule la qualité de l’eau s’est quelque peu améliorée à partir de 2008, sans toutefois revenir à son niveau de départ. L’augmentation de l’indicateur Capital économique est due à une hausse combinée du stock de capital physique et de celui du capital connaissance entre 1995 et 2018. Cette augmentation est continue à l’exception des deux années qui ont suivis le déclenchement de la crise économique et financière.

L’évolution des indicateurs composites donnent des indications utiles afin d’évaluer si le développement actuel de la société est soutenable. Le développement durable étant un domaine complexe, ces indicateurs restent néanmoins complémentaires aux listes d’indicateurs. Avec le cadre conceptuel développé dans ce Working Paper, un développement est qualifié de soutenable si le niveau des quatre capitaux sont simultanément maintenus dans le temps. L’analyse des indicateurs composites fait apparaître que la soutenabilité du bien-être en Belgique est remise en question par la diminution du capital environnemental.

  Documents associés

None

  Données à consulter

None

  PDF & Download

  Auteurs


 
A : Auteur, C : Contributeur

Date(s)

  Type de publication

Planning & Working Papers

Please do not visit, its a trap for bots