Danielle Devogelaer

Experte dans les questions d’énergie et de transport, avec une expertise particulière dans l’électricité. Dans le domaine de l’énergie, les principaux travaux à son actif sont l’analyse du black-out national, la documentation des projections énergétiques de long terme réalisées avec le modèle PRIMES ainsi que leur régionalisation, et enfin, l’analyse de l’impact des Paquets européens « Climat - Énergie » sur le système énergétique (et l’économie) belge(s). Dans ce contexte, elle a rédigé des rapports pertinents du point de vue des politiques à mener, par exemple “2030 Climate and Energy Framework for Belgium – Impact assessment of a selection of policy scenarios up to 2050” (avril 2015) et le “Cost-benefit analysis of a selection of policy scenarios on an adequate future Belgian power system” (février 2017).

  • Organisatrice de l’International Workshop on Capacity Remuneration Mechanisms, initiative conjointe des BAEE-RASAB-WEC, qui s’est tenu le 11 mai 2016 à Bruxelles.
  • Membre du conseil de la Benelux Association for Energy Economics (BAEE).
  • Membre du comité organisateur de la 41e conférence de l’International Association for Energy Economics (IAEE) qui se tiendra à Groningen du 10 au 13 juin 2018.
  • Membre des Royal Academies for Science and the Arts of Belgium (RASAB), et plus particulièrement du groupe de réflexion sur l’énergie.

 

Coordonnées

Equipes

  • Energie et transport

CV & Publications

  • Le paysage énergétique belge à l’horizon 2050 - Perspectives à politique inchangée

    Ces perspectives énergétiques décrivent l’évolution à politique inchangée de notre système énergétique national jusqu'en 2050. L'analyse de ces perspectives permet d’évaluer, au niveau belge, la nécessité ou non d'adopter et l’ampleur des politiques et mesures supplémentaires compte tenu du cadre européen 2030 pour le Climat et l'Énergie et de la transition vers une société bas carbone en 2050. À ce titre, elle peut contribuer utilement au débat à venir sur le pacte énergétique interfédéral visant à établir une vision énergétique commune aux différentes entités fédérées aux horizons 2030 et 2050.

    EFEN2017 [27/10/2017]
  • Increasing interconnections: to build or not to build, that is (one of) the question(s) - Addendum to the cost-benefit analysis of adequate future power policy scenarios

    Ce rapport, rédigé à la demande de la ministre fédérale de l’Energie, s’inscrit dans le prolongement de l’analyse coûts-bénéfices réalisée en février 2017 par le Bureau fédéral du Plan. Ce rapport la complète en examinant une série de nouveaux éléments qui ont un impact sur le parc de production belge. Quatre questions sont abordées. Premièrement, l’impact d’une augmentation de 2 GW de la capacité de transport aux frontières de la Belgique sur le fonctionnement du parc domestique de production thermique flexible est analysé. Plus particulièrement, les effets de cette augmentation sur la durée de fonctionnement des centrales au gaz, le coût marginal du système, les émissions de CO2, les volumes de gaz naturel nécessaires et l’emploi sont décrits. Deuxièmement, le rapport évalue le coût du maintien en service des centrales au gaz actuelles et le compare au coût de construction de nouvelles unités fiables et flexibles. Troisièmement, les effets socioéconomiques d’un risque accru de black-out sont passés en revue. L’asymétrie économique qui en résulte en termes des coûts et bénéfices du maintien d’une capacité de production intérieure suffisante pour respecter le critère légal de perte de charge (LOLE) de 3 heures est documentée. Enfin, la question de la fermeture anticipée des centrales au gaz présentes sur le marché belge et qui n’ont pas encore atteint la limite de leur durée de vie opérationnelle est examiné au travers de plusieurs indicateurs.

    CBA_201702 [28/09/2017]
  • Cost-benefit analysis of a selection of policy scenarios on an adequate future Belgian power system - Economic insights on different capacity portfolio and import scenarios

    Ce rapport présente une analyse coût-bénéfice de plusieurs scénarios compatibles avec l’adéquation du système électrique belge d’ici 2027. Ces scénarios se fondent sur les informations contenues dans deux rapports publiés en 2016 par le gestionnaire du réseau de transport national Elia. Les rapports d’Elia étudient l’adéquation et les besoins en flexibilité du système électrique belge dans le futur ; ils déterminent si un bloc structurel est nécessaire ou non et, le cas échéant, précisent son volume. On définit le bloc structurel comme le volume de puissance nationale réglable nécessaire pour équilibrer à tout moment l’offre et la demande d’électricité selon les critères légaux actuels de sécurité d’approvisionnement. L’analyse coût-bénéfice se penche sur les effets de différentes compositions du bloc structurel sur plusieurs éléments du bien-être social. Elle répond à des préoccupations exprimées par un certain nombre de stakeholders après la publication des rapports d’Elia.

    CBA_2017 [22/02/2017]
  • Marché de l’électricité : facteurs influençant la formation des prix de gros dans une petite économie ouverte - Enseignements tirés de la relance du nucléaire en Belgique

    Cette étude analyse, par le biais d’une double méthodologie, l’impact de l’arrêt et du redémarrage de plusieurs réacteurs nucléaires sur les prix de gros de l’électricité sur la bourse belge de l’électricité. Dans la première approche, un modèle statistique stable est construit à partir de données de marché publiées et est ensuite exploité pour examiner les effets des variations de production nucléaire d’électricité sur les prix du marché. La quantification de ce phénomène (également appelé « le merit-order effect ») par le biais de méthodes économétriques a révélé une baisse de prix estimée à 10 €/MWh environ sur une année pour une augmentation de la capacité nucléaire de 2,5 GW. Ces résultats mettent en lumière le degré d’ouverture du marché belge et son corollaire, sa forte dépendance aux échanges transfrontaliers d’énergie. À côté de cette analyse empirique, l’outil d’optimisation Crystal Super Grid a permis d’estimer l’impact de la relance des réacteurs nucléaires sur plusieurs indicateurs du paysage électrique belge et européen. À titre d’exemples, on observe des effets positifs sur le niveau du bien-être général, la rente du consommateur et les émissions de CO2.  Cette analyse confirme l’effet « merit-order » négatif sur les prix, qui est calculé à 3,8 €/MWh en moyenne sur une année. Toutefois, des pics horaires sont observés avec des valeurs pouvant atteindre 30 €/MWh. L’étude décrit ensuite les causes possibles de divergence de résultats entre les deux approches.

    Nos constatations ont des implications importantes pour les politiques à mener. En effet, elles montrent la nécessité de tenir compte des pressions à la baisse exercées par une production nucléaire prolongée d’électricité sur les prix de gros de l’électricité au cas où l’on envisagerait de revoir (le calendrier de) la loi sur la sortie du nucléaire. Ces effets sont de nature à retarder la transition énergétique qui s’impose vers une économie à faible intensité en carbone.

    Working Paper 09-16 [12/10/2016]
  • 2030 Climate and Energy Framework for Belgium - Impact assessment of a selection of policy scenarios up to 2050

    Le 17 octobre 2014, le Bureau fédéral du Plan a publié la cinquième édition de ses perspectives énergétiques à long terme trisannuelles. Le rapport décrit un scénario de référence jusqu'en 2050 et montre, notamment, un écart important entre ce scénario de référence et les efforts nécessaires pour respecter le Cadre européen Climat/Énergie 2030 et assurer la transition vers une économie bas carbone d'ici 2050. D'où la nécessité de mettre en œuvre de nouvelles politiques et mesures. C'est cette observation qui a conduit à l'élaboration du Working Paper ci-joint. Il étudie trois scénarios alternatifs compatibles avec les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 et 2050, qui ont été définis par le Conseil européen, et décrit certains impacts environnementaux, énergétiques et socioéconomiques pour la Belgique.

    Working Paper 03-15 [29/04/2015]
  • Le paysage énergétique Belge : perspectives et défis à l’horizon 2050 - Description d’un scénario de référence pour la Belgique

    Tous les trois ans, le Bureau fédéral du Plan présente les perspectives énergétiques à long terme pour la Belgique. Cette cinquième édition simule la mise en œuvre du paquet législatif européen Climat-Énergie à l’échelle du système énergétique belge d’ici 2020. L’exercice ne se limite toutefois pas à 2020, mais projette l’évolution du système jusqu’à 2050.

    EFEN2014 [17/10/2014]
  • Belgische black-outs berekend - Een kwantitatieve evaluatie van stroompannes in België

    Libéralisation, marché intérieur, interconnexions, réduction des émissions de gaz à effet de serre, développement des énergies renouvelables : ces objectifs sont-ils conciliables ? Et dans l’affirmative, le courant passera-t-il toujours ? Cette question constitue une préoccupation majeure de nombreux acteurs sur la scène électrique, dont le Secrétaire d’État à l’Énergie qui doit veiller à garantir la sécurité d’approvisionnement. Or, cette sécurité n’est pas des plus évidentes à assurer à une période où une part croissante de l’électricité est produite par des sources d’énergie variables et où les signaux d’investissement sont faussés. L’absence d’investissements dans une capacité de réserve et - dans le pire des cas - une capacité insuffisante de production peuvent entraîner des coûts très importants pour la société. Ce Working Paper analyse le coût d’un événement spécifique qui pourrait survenir en dépit de toutes les initiatives et mécanismes qui existent : une panne de courant nationale qui paralyse l’économie belge durant une heure.

    Working Paper 03-14 [10/03/2014]
  • Walking the green mile in Employment - Employment projections for a green future

    En 2011, les quatre ministres de l’énergie ont chargé un consortium de trois instituts scientifiques de réaliser une étude de faisabilité. Le Bureau fédéral du Plan, l’ICEDD et le VITO ont analysé la faisabilité d’une mutation à l’horizon 2050 de notre système énergétique actuel (qui englobe l’électricité, le chauffage, le refroidissement et les transports) vers un système fondé à 100% sur les énergies renouvelables et en ont calculé le coût. Après un an de travaux, le consortium est arrivé à la conclusion qu’une telle mutation est techniquement réalisable mais suppose un important choix de société dont le prix n’est pas anodin. En revanche, un système fondé sur les énergies renouvelables présente des avantages indéniables. Premièrement, une baisse significative des coûts d’importation des combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel et charbon) qui allège notre facture énergétique externe et réduit les risques politiques et économiques liés à ces importations. Deuxièmement, une diminution des émissions de gaz à effet de serre et, partant, des risques sanitaires et coûts liés aux dommages subis. Enfin, ce système permettrait la création de nombreux emplois. Cette étude examine les créations nettes d’emploi qu’une transition énergétique vers plus d’énergies renouvelables peut générer, mais pointe aussi les possibles pièges et les conditions à satisfaire.

    Working Paper 07-13 [09/09/2013]
  • Towards 100% renewable energy in Belgium by 2050

    En 2011, les quatre ministres belges de l’énergie (un ministre fédéral et trois ministres régionaux) ont chargé un consortium constitué de trois partenaires scientifiques, à savoir le Bureau fédéral du Plan (BFP), l’Institut de Conseil et d'Etudes en Développement Durable (ICEDD) et le Vlaamse Instelling voor Technologisch Onderzoek (VITO), d’étudier la faisabilité et l’impact d’une évolution du système énergétique belge vers un mix énergétique composé exclusivement d’énergies renouvelables à l’horizon 2050. Cet objectif ne s’applique pas seulement au secteur électrique, mais bien à l’ensemble de l’énergie primaire consommée en Belgique.

    La question-clé qui est posée dans cette étude est de savoir si la Belgique pourra compter entièrement sur les sources d’énergie renouvelables à l’horizon 2050. L’étude montre que c’est possible mais que l’objectif est ambitieux. Un tel basculement nécessiterait des investissements de 300 à 400 milliards d’euros au total d’ici 2050 mais permettrait en même temps de répondre à bon nombre de défis.
     

    ENERG_1201 [12/12/2012]
  • Perspectives énergétiques pour la Belgique à l’horizon 2030

    EFEN2011 [15/11/2011]
  • Etude prospective concernant la sécurité d’approvisionnement en gaz naturel à l’horizon 2020

    Le gaz naturel est une des composantes majeures du mix énergétique de la Belgique et devrait le rester dans les années à venir. La sécurité d’approvisionnement en gaz naturel est donc une des priorités de la politique énergétique belge. Afin de permettre aux autorités et aux « stakeholders » d’en suivre l’évolution, le législateur a prévu l’établissement d’une étude prospective concernant la sécurité d’approvisionnement en gaz naturel (étude prospective gaz naturel ou EPG).

    EPG 2008-2020 – Final report [04/10/2011]
  • Impact of the EU Climate-Energy Package on the Belgian energy system and economy - Update 2010 Study commissioned by the Belgian federal authority

    A la demande du Service public fédéral Environnement, le Bureau fédéral du Plan a mis à jour l’étude des impacts énergétiques et économiques pour la Belgique du paquet Climat-Energie, décrite dans le Working Paper 21-08. L’étude présentée dans ce Working Paper 9-11 tient compte du nouveau contexte économique et politique tout en tirant profit des analyses récentes réalisées au niveau européen par la Commission européenne : l’analyse d’un renforcement de l’effort de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle européenne en 2020 (-30% au lieu de -20%) et la feuille de route vers une économie à faible intensité en carbone à l’horizon 2050.

    Working Paper 09-11 [15/07/2011]
  • Electric cars: Back to the future?

    On parle beaucoup ces derniers temps des véhicules électriques (VE). Deux événements récents ont contribué à stimuler cette technologie : l’adoption du paquet énergie-climat ainsi que la crise financière et économique. Cette crise a débouché sur l’élaboration d’un Plan européen pour la relance économique, lequel propose une initiative visant à promouvoir des technologies plus propres dans le secteur automobile. Se basant sur des études récentes, le Bureau fédéral du Plan a réalisé une première analyse quantitative du développement des véhicules électriques et des incidences que la politique climatique pourrait avoir sur ce développement. Il a également mesuré l’impact de plusieurs taux de pénétration des véhicules électriques sur la future demande en électricité.

    Working Paper 13-10 [21/05/2010]
  • EU Energy/Climate package and energy supply security in Belgium

    Grâce à sa double contrainte (réduction des émissions gaz à effet de serre et développement des sources d'énergie renouvelables), le paquet européen Climat/Energie a un impact positif sur la dépendance de la Belgique vis-à-vis des énergies fossiles et donc sur la sécurité de l'approvisionnement énergétique. Ainsi, les importations nettes de combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel et charbon) pourraient être réduites de 9% en 2020 par rapport à une projection à politique inchangée. De plus, un gain de l'ordre d'un milliard d'euros pourrait être réalisé sur les importations énergétiques de la Belgique en 2020 compte tenu des importations supplémentaires de biomasse. La double contrainte du paquet Climat/Energie présente un autre avantage : elle permet de garder un mix énergétique équilibré au niveau de la production d'électricité et d'éviter une ruée vers le gaz naturel dans ce secteur. De 21% dans la projection à politique inchangée, l'augmentation des importations de gaz naturel entre 2005 et 2020 ne serait plus que de 11%.

    Working Paper 16-09 [21/12/2009]
  • Impact of the EU Energy and Climate Package on the Belgian energy system and economy - Study commissioned by the Belgian federal and three regional authorities

    A la demande des autorités fédérale et régionales de    l’environnement, le Bureau fédéral du Plan a évalué les conséquences énergétiques et économiques pour la Belgique du paquet    Energie-Climat présenté par la Commission européenne le 23 janvier 2008. Le paquet Energie-Climat fait suite à la décision du Conseil européen de mars 2007 de fixer des objectifs précis au niveau européen pour les émissions de gaz à effet de serre et les sources d’énergie renouvelables, à savoir réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020, voire une réduction de 30 % en cas d'accord international sur la question et porter la part des sources d’énergie renouvelables dans la consommation énergétique à 20 % d’ici 2020. Le paquet Energie-Climat propose, entre autres, un partage de l’effort entre les Etats membres, des mesures concrètes et des modalités de mise en oeuvre pour atteindre les objectifs. Ce sont ces propositions, appliquées à la Belgique, qui ont fait l’objet d’une évaluation.

    Working Paper 21-08 [15/12/2008]
  • Perspectives énergétiques pour la Belgique à l’horizon 2030 dans un contexte de changement climatique

    Le Bureau fédéral du Plan publie tous les trois ans un Planning Paper décrivant les perspectives énergétiques à long terme pour la Belgique. Ces perspectives en sont à leur troisième édition ; elles s’inscrivent cette fois plus spécifiquement dans le contexte du changement climatique. Le présent PP s’inspire en partie de trois études récemment publiées par le BFP : l’étude relative à la politique climatique post-2012 commanditée par le ministre fédéral de l’Environnement B. Tobback, l’étude sur la politique énergétique belge à l’horizon 2030 réalisée pour la Commission Energie 2030 mise sur pied par le ministre fédéral de l’Energie M. Verwilghen, et enfin, le Working Paper constituant la charnière entre les deux études susmentionnées et intitulé ‘Eclairage sur des enjeux de la politique énergétique belge confrontée au défi climatique’. Ces trois rapports partent du même scénario de référence mais proposent des scénarios alternatifs différents. Le présent PP résume les différentes approches et les principaux enseignements à tirer. Il analyse aussi un nouveau scénario axé sur l’efficacité énergétique et les économies d’énergie.

    Planning Paper 102 [31/10/2007]
  • Régionalisation des perspectives énergétiques pour la Belgique à l’horizon 2030 : résultats pour la Région de Bruxelles-Capitale

    En 2004, le Bureau fédéral du Plan a publié deux rapports intitulés « Perspectives énergétiques pour la Belgique à l’horizon 2030 » (Planning Paper 95) et « Demande maîtrisée d’électricité : élaboration d’une projection à l’horizon 2020 » (Working Paper 19-04). Ces rapports se concentrent sur la Belgique et ne détaillent pas les perspectives énergétiques par Région. A la demande de la Région de Bruxelles-Capitale, le Bureau fédéral du Plan a régionalisé les scénarios énergétiques décrits dans ces deux rapports et comparé les résultats de la régionalisation pour l’année 2000 avec les chiffres du bilan énergétique régional.

    Working Paper 09-07 [06/06/2007]
  • Régionalisation des perspectives énergétiques pour la Belgique à l’horizon 2030 : résultats pour la Région flamande

    En 2004, le Bureau fédéral du Plan a publié deux rapports intitulés « Perspectives énergétiques pour la Belgique à l’horizon 2030 » (Planning Paper 95) et « Demande maîtrisée d’électricité : élaboration d’une projection à l’horizon 2020 » (Working Paper 19-04). Ces rapports se concentrent sur la Belgique et ne détaillent pas les perspectives énergétiques par Région. A la demande de la Région flamande, le Bureau fédéral du Plan a régionalisé les scénarios énergétiques décrits dans ces deux rapports et comparé les résultats de la régionalisation pour l’année 2000 avec les chiffres du bilan énergétique régional.

    Working Paper 07-07 [16/04/2007]
  • Long term energy and emissions'projections for Belgium with the PRIMES model

    In the Royal Decree de dato December 6, 2005 (published in the Belgian Official Journal1 of December 19, 2005) the installation of a Commission Energy 2030 was officialised: the Commission is made up of a number of Belgian and foreign experts who will carefully scrutinize the energy future of Belgium on a long term horizon (2030). In order to fulfil this task, it was decided to start from a quantitative, scientific base. Because of the long expertise in modelling and analysing of long term energy projections, the Federal Planning Bureau (FPB) was asked to take up the task of providing the Commission with the necessary input. This input will subsequently be studied by the Commission, as well as complemented with analyses and other activities executed in its bosom.

    This report aims at gathering the work carried out by the FPB in the above framework. The heart of the analysis of the Belgian energy outlook to 2030 is provided by a set of energy scenarios. These scenarios provide a quantitative basis for the analysis of environmental, energy and economic challenges Belgium will be faced with in the coming years. Doing so, the analysis gives a valuable input to the report the Commission Energy 2030 has to deliver to M. Verwilghen, the federal Minister of Energy.

    REPENERGY0601 [20/09/2006]
  • La politique climatique post-2012: analyse de scénarios de réductions d'émissions aux horizons 2020 et 2050

    Cette étude fait suite à la demande du ministre fédéral de l'Environnement, M. Tobback. En août 2005, il a demandé au Bureau fédéral du Plan d'élaborer et d'analyser des scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) en Belgique aux horizons 2020 et 2050 dans le cadre de la politique climatique post-2012. Les réductions d'émission de GES doivent être compatibles avec les trajectoires de réductions proposées par l’Union européenne dans le cadre de la mise en oeuvre de la Convention cadre sur les changements climatiques des Nations unies. Il s’agit de réductions de l’ordre de 15 à 30% d’ici 2020 et de l’ordre de 60 à 80% d’ici 2050, par rapport à 1990 pour l’ensemble des pays développés.

    Kyoto 2006 [20/07/2006]
  • Eindverslag in het kader van de onderzoeksovereen-komst S3/64/001: Ruimtelijke economie van de Belgische steden: determinanten, inzet en vooruitzichten vooruitzichten

    Action III - 01 [16/11/2004]
  • Een kink in de kabel: de kosten van een storing in de stroomvoorziening

    Working Paper 18-04 [08/10/2004]
  • Interne migraties in België: wie, waarom en naar welke gemeenten? En waarom niet naar steden?

    Working Paper 08-04 [26/02/2004]
  • Stedelijke woondynamiek van de Belgische bevolking en haar gezinnen

    Working Paper 13-02 [16/12/2002]
Please do not visit, its a trap for bots