Page Title

Outils & infos

Le BFP met à votre dispositions quelques outils pour retrouver des informations sur le site : moteur de recherche, carte du site, classification et mots-clés. Par ailleurs, vous trouverez également les rubriques relatives à l'utilisation des cookies, notre charte de l'utilisateur ou la possibilité de formuler une plainte.

Classification JEL

 JEL GuideMéthodes mathématiques et quantitativesMéthodes économétriques: modèles d'équations simplesModèles avec données de panel [C23]

 

  • Machines that go ‘ping’: medical technology and health expenditures in OECD countries [29/01/2013]

    Alors que l’augmentation de la part des dépenses de soins de santé dans le revenu national des pays industrialisés est un phénomène bien connu et largement documenté, l’effet des facteurs de coût sous-jacents reste difficilement quantifiable. La principale difficulté est d’identifier des proxies pour mesurer l’innovation technologique médicale et ainsi tester l’hypothèse que celle-ci constituerait un déterminant majeur de l’augmentation continue des dépenses de soins de santé. L’originalité de cette étude consiste à utiliser des données sur les agréments officiels d’équipements médicaux et de produits pharmaceutiques comme proxy pour le progrès technologique médical. Les effets de ces variables sur les dépenses totales réelles de soins de santé par tête sont estimés par le biais d’un modèle appliqué à un panel de 18 pays de l’OCDE sur la période 1981-2009. Les résultats confirment que la technologie médicale contribue largement à l’accroissement des coûts et pourrait expliquer au moins 50% de la croissance historique des dépenses. Exclure ces variables implique un important biais à la hausse de l’élasticité-revenu des dépenses de soins de santé et affecte négativement certains tests de spécification du modèle. Malgré l’effet global positif net de la technologie sur les dépenses, l’effet de deux sous-groupes d’agréments est clairement négatif. Ces sous-groupes peuvent être vus comme représentatifs d’innovations médicales « incrémentales », tandis que les effets positifs sont générés par des produits pharmaceutiques et des équipements médiaux radicalement innovants. Ces résultats sont compatibles avec ceux d’autres études qui montrent que certains nouveaux produits peuvent contribuer - en dépit d’un prix élevé lors de leur lancement - à réaliser des économies puisqu’ils induisent une baisse des dépenses pour d’autres interventions médicales.

    Working Paper 02-13
     
  • Analysing the impact of eligibility and financial measures aiming at delaying early retirement in Belgium: a “difference-in-differences” approach using panel data [20/11/2012]

    La Belgique est, à l’échelle européenne, l’un des pays où le taux d’emploi des travailleurs âgés est parmi les plus faibles. Depuis 1997, diverses initiatives ont été prises pour décourager les travailleurs âgés de quitter le marché du travail avant 65 ans. En particulier, deux mesures visent spécifiquement à contrer les départs anticipés. La première durcit la condition de carrière permettant d’accéder à la retraite anticipée tandis que la deuxième, appelée bonus pension, instaure un incitant financier destiné à encourager les travailleurs de poursuivre leur carrière au-delà de 62 ans. L’étude présente une évaluation ex post, réalisée par le biais de la méthode des doubles différences, de l’impact des deux mesures sur la probabilité de rester en emploi l’année suivante. L’étude est fondée sur des données longitudinales individuelles en matière d’emploi qui couvrent la période 2000-2009. Les modèles logit sur données de panel utilisés montrent que, sur la période 2000-2006, le relèvement de la condition de carrière a eu un impact significatif sur la probabilité de rester en emploi l’année suivante parmi les ouvriers et les employés, de sexe masculin, âgés de 60-61 ans qui perçoivent des revenus faibles, comparativement à ceux âgés de 62-64 ans. Le second exercice mesure l’impact du bonus pension sur la période 2004-2009 alors que la première mesure produit déjà ses effets. La comparaison des résultats des deux exercices nous amène à conclure que le ‘bonus pension’ serait sans effet ou aurait un impact très limité sur la probabilité pour les travailleurs de sexe masculin âgés de 62 à 64 ans de rester en emploi, comparativement à ceux âgés de 60-61 ans.

    Working Paper 14-12
     
  • Survival and employment growth of Belgian firms [15/11/1999]

    Working Paper 08-99
     
  • De impact van innovatie op de groei van toegevoegde waarde en tewerkstelling - Een studie van de levenscyclus van innoverende en niet-innoverende ondernemingen in België [15/12/1998]

    Working Paper 09-98
     
Aucun enregistrement
Please do not visit, its a trap for bots