Page Title

Actualités

Tout ce qui fait ou fera l’actualité du BFP est présenté dans cette rubrique : qu’il s’agisse de ses dernières études, des communiqués de presse en relation avec celles-ci, d’articles ou encore l’annonce de ses prochaines publications, workshops, colloques.

Communiqués de presse (294)

2020

  • Télétravailler plus pour circuler moins ? Utile, mais insuffisant ( 20/11/2020 )

    Télétravailler plus pour circuler moins ? Utile, mais insuffisant

    Dans un scénario volontariste d’augmentation du télétravail en Belgique, le Bureau Fédéral du Plan estime comme marginale (- 1,2%) la diminution globale des kilomètres parcourus par les personnes sur le territoire belge. Les effets locaux seraient eux beaucoup plus marqués, avec une baisse de plus de 20% du nombre quotidien de navettes entrantes à Bruxelles, un fort recul de l’usage du train pour les déplacements domicile-travail, et une augmentation des déplacements de proximité en journée pour d’autres motifs comme les loisirs, les services ou le shopping. L’impact sur la congestion serait perceptible surtout sur les grands axes autour de Bruxelles en période de pointe, où la vitesse moyenne serait plus élevée de 8% que dans la projection de référence.


  • L’économie belge devrait se contracter de 7,4 % en 2020 puis se redresser partiellement en 2021 (6,5 %) ( 10/09/2020 )

    L’économie belge devrait se contracter de 7,4 % en 2020 puis se redresser partiellement en 2021 (6,5 %)

    L’économie belge a traversé une récession exceptionnellement grave au cours du premier semestre de cette année à la suite des mesures prises en Belgique et à l’étranger pour lutter contre le coronavirus. Sur base des données récentes, les dommages économiques subis par la plupart des pays de la zone euro au cours de cette période semblent toutefois moins importants qu’estimé dans nos prévisions de juin. Pour la Belgique, cela se traduit par une croissance annuelle 2020 moins négative qu’escompté (-7,4 % au lieu de -10,6 %). Entretemps, des pans entiers des économies ont été rouverts, mais les résurgences du virus affectent la confiance et freinent quelque peu la dynamique de la reprise économique. En 2021, l’économie belge devrait renouer avec une croissance de 6,5 % (contre 8,2 % selon l’estimation réalisée en juin). L’emploi intérieur devrait diminuer de 82 000 personnes sur l’ensemble des deux années 2020 et 2021.


  • L’économie belge devrait se contracter de 10,6 % en 2020, avant de se redresser partiellement en 2021 (8,2 %) ( 05/06/2020 )

    L’économie belge devrait se contracter de 10,6 % en 2020, avant de se redresser partiellement en 2021 (8,2 %)

    La pandémie de coronavirus et les mesures de confinement ont de lourdes répercussions sur l’économie mondiale. L’économie belge traverse également une profonde récession en ce premier semestre de l’année 2020. Notre scénario table sur une forte reprise en 2021, laquelle ne compense toutefois que partiellement le repli de 2020. L’emploi intérieur baisserait de 111 000 personnes sur l’ensemble des deux années 2020 et 2021.

    Le choc économique actuel est inédit depuis la seconde guerre mondiale et complique considérablement l’exercice d’élaboration de perspectives économiques. Les chiffres du présent Budget économique sont largement tributaires de plusieurs hypothèses cruciales quant à l’ampleur et à la durée de la crise et sont sujets à bien plus d’incertitudes que d’habitude. Dans ce scénario, nous partons notamment de l’hypothèse que le redémarrage de l’activité en Belgique et à l’étranger n’est pas compromis par de nouvelles mesures de confinement qui seraient dictées par une résurgence de la pandémie. Cette éventualité demeure toutefois un risque important à la baisse.

    Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du Budget économique au ministre de l’Économie. Les présentes perspectives macroéconomiques ne prennent en compte que les mesures dont les modalités d’application sont connues avec suffisamment de précision.


  • COVID-19 et bien-être : quels sont les groupes vulnérables ? ( 29/04/2020 )

    COVID-19 et bien-être : quels sont les groupes vulnérables ?

    Au-delà des impacts sanitaires et économiques, la crise du covid-19 bouleverse la vie des personnes dans son ensemble. Cette crise a un impact négatif sur le bien-être des Belges et ses principaux déterminants, tels que la santé, les relations sociales ou le niveau de vie. Certains groupes sont particulièrement vulnérables : les 16-49 ans, les personnes avec de faibles revenus, vivant seules, en incapacité de travail ou sans emploi. Dans l'ensemble, les femmes sont plus exposées que les hommes à une baisse de bien-être.


  • Impact économique de la crise sanitaire « Covid-19 » : un scénario ( 08/04/2020 )

    Impact économique de la crise sanitaire « Covid-19 » : un scénario

    Sur base d’un scénario envisageant un confinement de la population au régime actuel pour une durée de 7 semaines, la Banque nationale de Belgique et le Bureau fédéral du Plan estiment que le PIB réel de l’économie belge pourrait se contracter de 8% en 2020. Un rebond (+8,6 %) est envisagé en 2021 pour autant que la phase aigüe de la crise (concentrée sur la première moitié de 2020) n’inflige pas de dommage substantiel au potentiel productif de l’économie. La BNB et le BFP s’attendent à ce que les mesures prises pour protéger le revenu disponible des ménages jettent les bases d’une reprise rapide de la consommation à partir du troisième trimestre de cette année. L’analyse montre par ailleurs que la trésorerie des entreprises subit un stress considérable reflétant les pertes de chiffre d’affaires. La vigueur de la reprise envisagée pour la seconde moitié de l’année et en 2021 repose sur l’hypothèse technique que le stress de trésorerie ne donne pas lieu à des problèmes de solvabilité conduisant à de nombreuses faillites d’entreprises et, par extension, à une hausse durable du chômage. L’impact attendu sur les finances publiques est à la mesure du choc, avec un déficit d’au moins 7,5 % du PIB et une dette autour de 115 % fin 2020.


  • La croissance de l’économie belge devrait s’établir à 1,4 % en 2020 ( 06/02/2020 )

    La croissance de l’économie belge devrait s’établir à 1,4 % en 2020

    En comparaison avec nos prévisions de septembre dernier, les perspectives de croissance de l’économie belge pour 2020 sont revues à la hausse de 1,1 % à 1,4 %. L’estimation de la croissance trimestrielle de 2020 reste inchangée, mais un effet d’acquis de croissance plus favorable – lié à la croissance plus soutenue que prévu au second semestre 2019 – entraîne une révision à la hausse de la croissance calculée sur base annuelle. L’emploi, pour sa part, progresserait de 53 000 personnes cette année tandis que l’inflation fléchirait à 1,1 %.

    Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Les présentes perspectives macroéconomiques ne prennent en compte que les mesures dont les modalités d’application sont connues avec suffisamment de précision.


  • Notre bien-être est-il soutenable à long terme? ( 05/02/2020 )

    Notre bien-être est-il soutenable à long terme?

    Le bien-être moyen des Belges augmente depuis 2016, après avoir diminué à la suite de 2008. Mais la soutenabilité de ce bien-être est menacée à long terme. En effet, le nouveau rapport sur les indicateurs complémentaires au PIB 2020 du BFP constate une évolution favorable pour les capitaux économique et humain, stable pour le capital social, mais défavorable pour le capital environnemental. Le détail des 67 indicateurs complémentaires au PIB confirme ce constat.


  • Près de 30 % de l’emploi en Belgique est lié directement ou indirectement à nos exportations ( 29/01/2020 )

    Près de 30 % de l’emploi en Belgique est lié directement ou indirectement à nos exportations

    Les exportations revêtent une grande importance non seulement pour l’emploi dans les entreprises exportatrices, mais également pour l’emploi au niveau des fournisseurs en amont. Dans la réflexion politique, il est donc nécessaire de tenir compte de toute la chaîne de valeur liée aux exportations, ce qui implique de soutenir les entreprises exportatrices dans la recherche de nouveaux marchés mais aussi de renforcer la compétitivité des maillons domestiques de ces chaînes de valeur.


2019

  • Tableaux Entrées-Sorties 2015 ( 20/12/2019 )

    Tableaux Entrées-Sorties 2015

    L’Institut des comptes nationaux (ICN) publie ce vendredi 20 décembre 2019, une nouvelle version des tableaux des ressources et des emplois (TRE) pour l’année 2015 ainsi que les tableaux entrées-sorties (TES) qui en sont dérivés, accompagnée des tableaux des ressources et des emplois pour l’année 2016 qui sont établis pour la première fois.


  • Un nouveau virage fiscal à amorcer en Belgique ? ( 06/09/2019 )

    Un nouveau virage fiscal à amorcer en Belgique ?

    La congestion du trafic est l’un des défis majeurs que doivent relever conjointement les gouvernements de notre pays. La fiscalité actuelle du transport, caractérisée par des taxes forfaitaires sur la voiture et des subventions élevées aux voitures-salaires et aux transports publics, n’est plus adaptée à la réalité et mériterait d’être réformée.

    Le Bureau fédéral du Plan s’est penché sur une réforme fondamentale. Celle-ci introduit une taxe kilométrique intelligente qui aligne parfaitement le système fiscal sur les coûts de congestion et d’environnement.


  • La croissance de l’économie belge ne dépasserait pas 1,1 % en 2019 et 2020 ( 05/09/2019 )

    La croissance de l’économie belge ne dépasserait pas 1,1 % en 2019 et 2020

    Les perspectives pour l’économie européenne se sont assombries depuis notre dernière estimation réalisée en juin, et ce en raison de l’augmentation de l’incertitude qui entoure les tensions commerciales et le Brexit. Notons que les présentes perspectives ne tiennent pas compte des effets directs d’une éventuelle sortie sans accord du Royaume-Uni de l’Union européenne, laquelle demeure un risque important.

    Les chiffres de la croissance du PIB belge ont par conséquent été revus à la baisse par rapport à notre estimation de juin qui prévoyait une croissance de 1,3 % pour 2019 et pour 2020. L’emploi, pour sa part, augmenterait sensiblement moins l’année prochaine que cette année mais progresserait néanmoins encore de 99 000 personnes sur l’ensemble des deux années. Quant à l’inflation, après avoir atteint 2,1 % en 2017 et 2018, elle fléchirait à 1,5 % cette année et à 1,4 % l’an prochain.

    Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Ces perspectives macroéconomiques n’anticipent pas les éventuelles mesures d’économies budgétaires (et leur impact économique) que les nouveaux gouvernements seront amenés à prendre.


  • Les aides à l’emploi pour les jeunes Bruxellois : quels effets ? ( 08/07/2019 )

    Les aides à l’emploi pour les jeunes Bruxellois : quels effets ?

    Les dispositifs d’aide à l’emploi évalués ont notamment comme objectif de favoriser l’intégration des jeunes demandeurs d’emploi bruxellois sur le marché du travail. Pour les jeunes les moins qualifiés, cet objectif est atteint puisque les dispositifs accélèrent généralement la sortie du chômage vers l’emploi. Pour les plus qualifiés, les dispositifs pourraient être rendus plus efficaces en y réservant l’accès aux personnes ayant une certaine durée de chômage.


  • Faire du développement durable une priorité politique ( 25/06/2019 )

    Faire du développement durable une priorité politique

    La Belgique s'est engagée à atteindre l’ensemble des objectifs mondiaux de développement durable (SDG) en 2030. Sans nouvelles mesures, beaucoup de ces objectifs ne seront pas atteints. Les services publics fédéraux ont à leur actif des réalisations concrètes, malgré le manque d'une impulsion politique pour réaliser ces SDG.


  • La croissance de l’économie belge s’établirait à 1,3 % tant en 2019 qu’en 2020 ( 06/06/2019 )

    La croissance de l’économie belge s’établirait à 1,3 % tant en 2019 qu’en 2020

    En comparaison avec nos prévisions de février, notre estimation de la croissance du PIB belge de 1,3 % pour 2019 reste inchangée. En 2020, la croissance économique s’établirait également à 1,3 %. Si les créations d’emploi (95 000 sur l’ensemble des deux années) restent soutenues, elles sont toutefois moins importantes qu’au cours des deux dernières années. L’inflation fléchirait à 1,7 % cette année pour s’établir à 1,5 % l‘an prochain. Conformément à la loi du 21 décembre 1994, l’Institut des comptes nationaux a communiqué les chiffres du budget économique au ministre de l’Économie. Ces perspectives macroéconomiques n’anticipent pas les éventuelles mesures d’économies budgétaires que les futurs gouvernements seront amenés à prendre, ce qui implique des risques à la baisse en ce qui concerne les dépenses publiques et leur impact sur la croissance économique.


  • L’industrie pharmaceutique belge : un secteur de haute technologie dont la compétitivité s’améliore ( 09/05/2019 )

    L’industrie pharmaceutique belge : un secteur de haute technologie dont la compétitivité s’améliore

    Dans le cadre de l’Observatoire de l’industrie pharmaceutique, le Bureau fédéral du Plan a analysé la position compétitive de cette industrie en Europe. Acteur du redéploiement industriel vers des activités de haute technologie basées sur la connaissance, la pharmacie est une branche d’activité qui a engrangé d’importants gains de productivité tout en augmentant l’emploi. La mobilisation des ressources en faveur de l’innovation lui a permis de consolider sa position en Europe et continue de faire de la Belgique, une destination privilégiée pour la localisation de ses activités.


  • Avantages fiscaux aux entreprises pour la R&D : la Belgique la plus généreuse des pays de l’OCDE ( 07/05/2019 )

    Avantages fiscaux aux entreprises pour la R&D : la Belgique la plus généreuse des pays de l’OCDE

    Dans le droit fil de son engagement à porter les dépenses de recherche et développement (R&D) à 3 % du PIB, le gouvernement fédéral belge a introduit, entre 2005 et 2008, une série d’avantages fiscaux pour soutenir les activités de R&D des entreprises. Le Bureau fédéral du Plan vient de réaliser la troisième évaluation de ces avantages et conclut qu’ils ont bien contribué à l’augmentation récente de l’intensité de R&D en Belgique mais que certaines adaptations peuvent être envisagées.


 1 de 12  press.php?lang=fr&Grid1Page=2 press.php?lang=fr&Grid1Page=12
Please do not visit, its a trap for bots