Page Title

Actualités

Tout ce qui fait ou fera l’actualité du BFP est présenté dans cette rubrique : qu’il s’agisse de ses dernières études, des communiqués de presse en relation avec celles-ci, d’articles ou encore l’annonce de ses prochaines publications, workshops, colloques.

La croissance économique belge se dégrade en 2023 (08/09/2022)

!

La version du communiqué disponible ci-dessus en format HTML ne contient généralement pas l'ensemble des informations reprises dans le communiqué en format pdf. Pour une version complète du communiqué (avec les graphiques et tableaux), veuillez télécharger le communiqué en format pdf disponible ci-dessous ou encore au début du communiqué dans le cadre "PDF & downloads" situé à droite.

Malgré la forte inflation, l’économie belge a bien résisté jusqu’ici. Mais la croissance devrait stagner dans les prochains mois. Sur l’ensemble de l’année 2023, la croissance devrait toutefois rester positive. Le pouvoir d’achat serait en léger recul en 2022 mais progresserait à nouveau l’année prochaine. Les créations d’emplois, très importantes en 2022, devraient être plus modestes l’an prochain. Ce sont les principales conclusions des nouvelles prévisions économiques du Bureau fédéral du Plan pour la période 2022-2023.

La croissance économique résiste pour le moment, mais devrait marquer le pas l’hiver prochain

La guerre en Ukraine et ses conséquences ont considérablement détérioré les conditions économiques. En dehors de la zone de conflit, l’Europe est le continent le plus touché en raison de sa proximité géographique et de sa dépendance énergétique.

La Belgique n’échappe évidemment pas à ce constat. L’indice des prix à la consommation devrait augmenter de 9,4 % en 2022 et de 6,5 % en 2023. Cette inflation très élevée est bien entendu alimentée directement par la hausse des prix de l'énergie. Toutefois, ces hausses de prix se répercutent également de plus en plus sur les prix des autres biens et services. En outre, les perturbations des chaînes d'approvisionnement continuent à peser sur les prix.

Le PIB a bien résisté aux premier et deuxième trimestres (croissance de, respectivement, 0,5 % et 0,2 %) et il devrait en être de même au troisième trimestre de 2022 (0,2 %). La flambée de l’inflation devrait toutefois entraîner une stagnation du PIB au dernier trimestre de 2022 et au premier trimestre de 2023. Les prix très élevés de l’énergie pénalisent lourdement les entreprises intensives en énergie.

La croissance du PIB repasserait toutefois en territoire positif lors du deuxième trimestre de 2023 et se renforcerait encore en deuxième partie d’année. La croissance du PIB s’élèverait ainsi à 2,6 % en 2022 et à 0,5 % en 2023.

Le pouvoir d’achat devrait retrouver le chemin de la croissance en 2023

L’indice pivot serait dépassé pas moins de neuf fois entre la mi-2021 et la mi-2023. Alors que les cinq premiers dépassements ont déjà eu lieu, les quatre suivants sont attendus pour octobre et décembre de cette année puis pour février et juillet 2023.

Grâce au mécanisme d’indexation automatique des salaires et des allocations sociales ainsi qu’à la très importante hausse de l’emploi, le pouvoir d’achat, mesuré en termes de revenu disponible réel par habitant, ne reculera que très légèrement cette année (-0,1 %). Avec une indexation des salaires et des allocations sociales qui dépasse l’inflation en 2023, le pouvoir d’achat devrait même renouer avec une croissance positive (0,7 %).

Le rattrapage de la consommation des particuliers, entamé en 2021, s’est poursuivi au premier semestre de 2022 et s’interrompt désormais. La consommation ne repartirait à la hausse qu’au printemps 2023. La croissance de la consommation des particuliers s’établirait ainsi à 4,2 % en 2022 et à 0,7 % en 2023.

Les investissements des entreprises marquent le pas dès cette année

Alors qu’ils s’étaient fortement et rapidement redressés juste après le choc de la crise sanitaire, les investissements des entreprises ont enregistré une baisse notable entre la mi-2021 et la mi-2022. Ils ne devraient repartir à la hausse que très timidement par la suite. Cela se traduit par un recul de 2,2 % en 2022, suivi d’une augmentation de 1,3 % en 2023.

Le taux d’emploi progresse malgré tout de façon significative

La croissance de l'emploi est restée particulièrement forte au premier semestre 2022, ce qui explique que, malgré le ralentissement conjoncturel, 100 000 emplois supplémentaires devraient être créés sur l’ensemble de l’année. En 2023, la progression serait toutefois limitée à 39 000 personnes. Le taux d'emploi (selon le concept UE 2020) augmenterait de façon significative, passant de 70,6 % en 2021 à 72,4 % en 2023.

Igor Lebrun, Conseiller au Bureau fédéral du Plan : « En juin dernier, nous retenions l’hypothèse d’un atterrissage en douceur de l’économie belge. Avec les turbulences des derniers mois, nous prévoyons maintenant une stagnation de l’économie pendant un semestre. Mais les risques sont importants. Leur matérialisation ou pas dépendra des décisions prises par les autorités européennes et belges ».

Ces prévisions ont été élaborées en tenant compte des mesures connues au 2 septembre 2022.

Pour plus d’informations : Rik Vanhauteghem – 0472 78 29 81, rvh@plan.be

  Thématiques

  JEL

None

  Mots clés

None

Please do not visit, its a trap for bots