Page Title

Actualités

Tout ce qui fait ou fera l’actualité du BFP est présenté dans cette rubrique : qu’il s’agisse de ses dernières études, des communiqués de presse en relation avec celles-ci, d’articles ou encore l’annonce de ses prochaines publications, workshops, colloques.

Perspectives à long terme de l’évolution des transports en Belgique: projection de référence (24/04/2009)

!

La version du communiqué disponible ci-dessous en format HTML ne contient généralement pas l'ensemble des informations reprises dans le communiqué en format pdf. Pour une version complète du communiqué (avec les graphiques et tableaux), veuillez télécharger le communiqué en format pdf disponible dans le cadre "PDF & downloads" situé à  droite.

L’efficacité du système de transport revêt une importance essentielle pour le développement économique de la Belgique. Aujourd’hui, il apparaît clairement que les transports ne contribuent pas seulement de façon positive à la prospérité économique, mais qu’ils entraînent aussi un certain nombre d’effets négatifs, comme des nuisances environnementales, des embouteillages, des accidents de la route, etc. Le Planning Paper, élaboré en collaboration avec le SPF Mobilité et Transports, dresse le profil d’évolution des transports en Belgique à l’horizon 2030. L’étude couvre le transport de personnes et de marchandises, les modes route, rail et voies navigables, de même que les aspects congestion et coûts environnementaux.

La projection de référence se fonde sur des perspectives macroéconomiques, démographiques et sociodémographiques du BFP et tient compte des déterminants du coût du transport (coûts monétaires et en temps). Elle part notamment de l’hypothèse d’une poursuite de la politique des prix actuelle, de la mise en oeuvre des directives européennes existantes et du maintien de l’infrastructure routière actuelle. Pour le transport ferroviaire et la navigation intérieure, elle suppose une vitesse moyenne constante.

Dans le scénario de référence, l’évolution entre 2005 et 2030 se dessine comme suit:

  • Le nombre de passagers-kilomètres en Belgique augmente de 30% et le nombre de tonnes-kilomètres de 60%.
  • Malgré la croissance du transport, la mise en oeuvre d’une réglementation environnementale plus stricte se traduit par une diminution considérable des émissions de polluants traditionnels tels que les particules, les oxydes d’azote et les composés organiques volatils.
  • En revanche, les émissions de gaz à effet de serre augmentent de 18 %, car l’impact positif des véhicules plus efficaces en matière d’énergie et du recours croissant aux biocarburants est plus que compensé par la croissance du transport.
  • Avec une diminution de la vitesse moyenne de 31% aux heures de pointe et de 17% aux heures creuses, les conditions de circulation sur le réseau routier continuent à se dégrader.

Forte croissance du transport de personnes et de marchandises

La projection de référence débouche sur une forte croissance à la fois du transport de personnes et de marchandises (cf. tableau 1). Ainsi, en ce qui concerne le transport de personnes, le nombre total de passagers-kilomètres augmente de 30% entre 2005 et 2030. En 2030, la voiture constitue encore toujours le mode de transport dominant mais une plus grande part de passagers-kilomètres est parcourue par des conducteurs se déplaçant seuls, tandis que la part de covoiturage diminue. Le glissement le plus marqué concerne les déplacements pour des activités de loisirs, les courses, etc. La baisse prévue de la vitesse de la circulation routière a pour conséquence qu'il est plus difficile de pratiquer le covoiturage. La part du rail augmente légèrement, et celle des autres transports en commun diminue. Pour ces derniers, les coûts en temps pèsent assez lourd, de sorte qu’ils sont fortement affectés par la baisse prévue de la vitesse de la circulation routière.

Au niveau du transport de marchandises, les tonnes-kilomètres parcourus en Belgique augmentent de 60% entre 2005 et 2030. L’augmentation la plus significative concerne les entrées et les sorties du territoire. D’ici 2030, il y a un glissement d’une partie du transport de marchandises, qui passe de la route vers le rail et la navigation intérieure. Néanmoins, le mode routier reste dominant.

Evolution positive pour les polluants traditionnels, mais négative pour les émissions de gaz à effet de serre

La projection de référence prévoit l’adoption des nouvelles normes « Euro » et de normes d’efficacité énergétique pour les véhicules et table, en outre, sur un recours croissant aux biocarburants. Grâce à ces mesures, les émissions des polluants traditionnels (CO, NOx, particules, SO2 et COVNM) se réduisent substantiellement en dépit de la croissance du transport. En 2030, la baisse par rapport à 2005 atteint 54% pour le CO, 40% pour les NOx, 63% pour les particules, 79% pour le SO2 et 54% pour les COVNM.

Les émissions directes de gaz à effet de serre augmentent de 18% entre 2005 et 2030. L’effet d’un recours accru à des véhicules qui consomment moins et aux biocarburants est en effet plus que compensé par la croissance du transport de personnes et de marchandises. Si l’on tient également compte des émissions indirectes libérées lors de la production et du transport des carburants et de l’électricité, la croissance des émissions de gaz à effet de serre atteint 22%.

L’ampleur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre à réaliser par le secteur des transports dépend notamment de la comparaison du coût d’une telle réduction dans ce secteur par rapport au coût dans les autres secteurs (secteur résidentiel, industrie, etc.).

Plus de congestion

La croissance du transport de personnes et de marchandises conduit inévitablement à une détérioration importante des conditions de circulation en Belgique, qui se reflète par une diminution de la vitesse moyenne sur le réseau routier. En 2030, la vitesse durant les heures de pointe diminue de 31% par rapport à 2005, tandis qu’aux heures creuses, la baisse est de 17%. Cette évolution implique une forte augmentation des coûts marginaux externes de congestion, à savoir les coûts en temps qu’un usager de la route supplémentaire impose aux autres usagers.

Un diagnostic de l’évolution des transports

L’évolution prévue dans la projection de référence est-elle optimale en termes d’efficacité du système de transport ? Le diagnostic peut être posé, entre autres, en comparant les taxes payées par kilomètre et les coûts marginaux externes (cf. tableau 2). Ces derniers sont les coûts qu’occasionne un usager de la route supplémentaire, mais dont celui-ci ne tient pas compte, à moins que les pouvoirs publics ne l’y confrontent d’une manière ou d’une autre. Le Planning Paper examine les coûts marginaux externes suivants : les coûts de congestion et les coûts environnementaux liés à la pollution de l’air et au changement climatique.

Actuellement, les taxes n’internalisent pas tous les coûts externes des transports. De plus, la taxation n’est pas différenciée en fonction de l’heure des déplacements, alors que ce facteur fait fortement varier les coûts externes. Les taxes sont très insuffisantes pendant les heures de pointe. Aux heures creuses, les taxes sur les voitures sont trop élevées, mais celles sur les camions et camionnettes n’internalisent en revanche qu’une partie de leurs coûts externes.

Pour la navigation intérieure et le transport ferroviaire, il n’y a pas de concordance non plus entre les taxes et les coûts externes. La navigation intérieure ne paie pas de taxes, malgré les coûts environnementaux qu’elle occasionne. Par ailleurs, d’importants subsides d’exploitation sont octroyés au transport ferroviaire de personnes, alors que le rail génère également des coûts environnementaux.

En 2030, en cas de politique des prix inchangée, la taxation parvient encore nettement moins à internaliser les coûts externes, en raison de la forte augmentation attendue des coûts de congestion. A cet égard, il convient toutefois de souligner une limite de l’étude, à savoir qu’elle se base sur une capacité constante de l’infrastructure routière. Ceci signifie que les coûts de congestion estimés doivent plutôt être considérés comme des plafonds. Néanmoins, même en développant cette capacité, les problèmes de congestion restent importants, d’autant plus qu’une capacité accrue attire de nouveaux usagers qui étaient auparavant découragés par les problèmes de congestion.

La croissance annuelle moyenne du PIB dans la projection de référence est basée sur les perspectives à moyen et à long terme du Bureau fédéral du Plan publiées à la mi-2008 et n’intègre donc pas encore les effets de la crise économique et financière. Pour évaluer les impacts d’une croissance économique annuelle plus faible sur la période 2009-2030, une variante technique a aussi été étudiée. Sans surprise, un ralentissement de la croissance économique débouche sur une baisse de la demande de transport, et par conséquent, sur une évolution moins négative des coûts externes du transport. Néanmoins, ces coûts restent importants.

Tableau 1: Evolution du transport de personnes et de marchandises entre 2005 et 2030 – scénario de référence
  2005 2030 Croissance

Transport de personnes

Passagers-kilomètres en Belgique (milliards)

Domicile-travail 34 40 18%
Domicile-école 8 10 29%
Autres motifs 83 112 35%
Total 125 163 30%

Part des moyens de transport dans les passagers-kilomètres en Belgique

Voiture en solo 52% 58%  
Covoiturage 32% 26%  
Train 6% 8%  
Bus/tram/métro 6% 4%  
Marche à pied/vélo 2% 2%  
Moto 1% 1%  

Transport de marchandises

Tonnes-kilomètres en Belgique (route, rail, navigation intérieure) (milliards)

National 31 44 40%
Entrées 14 28 99%
Sorties 14 24 73%
Transit sans transbordement 10 15 52%
Total 70 112 60%

Part des moyens de transport dans les tonnes-kilomètres en Belgique

Camion 72% 67%  
Camionnette 3% 3%  
Train 12% 15%  
Navigation intérieure 13% 14%  

Source: PP107

Tableau 2: Une comparaison des taxes et des coûts externes – 2005 et 2030 – scénario de référence
(euro par 100 véhicules-km, passagers-km ou tonnes-km)
    Unité 2005 2030
      Taxe Coût externe Taxe Coût externe
Heures de pointe Voiture euro/100 véhicules-km 9,05 36,90 7,51 108,30
Camion euro/100 véhicules-km 14,31 80,00 12,91 221,30
Camionnette euro/100 véhicules-km 4,33 55,50 3,46 162,90
Heures creuses Voiture euro/100 véhicules-km 9,05 6,80 7,51 15,20
Camion euro/100 véhicules-km 14,31 19,80 12,91 34,90
Camionnette euro/100 véhicules-km 4,33 10,30 3,46 23,10
Train Personnes euro/100 passagers-km -4,60 0,03 -4,41 0,02
Marchandises euro/100 tonnes-km -0,30 0,12 -0,31 0,10
Navigation intérieure euro/100 tonnes-km 0 0,40 0 0,30

Source: PP107

N.B. : Dans ce tableau, les coûts externes ne comprennent que les coûts environnementaux directs et les coûts de la congestion.

Glossaire

  • Entrées : Transport sur le territoire belge, dont seul le lieu de destination se situe sur le territoire belge.
  • Passager-kilomètre : Un kilomètre parcouru par un passager.
  • Sorties : Transport sur le territoire belge, dont seul le lieu de provenance se situe sur le territoire belge.
  • Tonne-kilomètre : Un kilomètre parcouru par une tonne de marchandises.
  • Véhicule-kilomètre : Un kilomètre parcouru par un véhicule.

  Thématiques

  JEL

None

  Mots clés

None

Please do not visit, its a trap for bots