Page Title

Publications

Dans un souci de transparence et d’information, le BFP publie régulièrement les méthodes et résultats de ses travaux. Les publications sont organisées en séries, entre autres, les perspectives, les working papers et planning papers. Certains rapports peuvent également être consultés ici, de même que les bulletins du Short Term Update publiés jusqu’en 2015. Une recherche par thématique, type de publication, auteur et année vous est proposée.

Incapacité de travail primaire et invalidité des salariés en Belgique : quels facteurs explicatifs ? Une analyse sur base des données EU-SILC [WP 04-22]

Dans le contexte de la hausse importante du nombre de bénéficiaires de l'assurance maladie - invalidité observée depuis plus de 20 ans en Belgique, nous cherchons à développer un modèle explicatif de l'incapacité de travail. Sur base des données SILC, nous tentons d’identifier et hiérarchiser les effets des différents facteurs susceptibles d'influencer les probabilités de transitions des salariés entre statuts socio-économiques, et en particulier de et vers l’incapacité primaire et l’invalidité.

Synthèse

Depuis plus de 20 ans, on observe une hausse importante du nombre de bénéficiaires de l'assurance maladie - invalidité et des dépenses y afférentes. Dans ce contexte, un projet de recherche est réalisé par le Bureau fédéral du Plan pour le compte de et en collaboration avec l'INAMI afin de développer un modèle de projection pour les prestations d’incapacité primaire de travail et d’invalidité de l'INAMI. Ce projet est composé de deux phases : la première a pour but de développer un modèle explicatif de l'incapacité de travail et de l'invalidité sur base de microdonnées ; le développement du modèle de projection fera l'objet de la deuxième phase. Ce Working Paper s’inscrit dans la première phase du projet.

Nous cherchons ici à identifier et hiérarchiser les effets des différents facteurs susceptibles d'influencer les probabilités de transition des individus d'un état à un autre (emploi, chômage, incapacité de travail, invalidité, retraite). Parmi les facteurs potentiels, on peut citer les caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques, les conditions de santé, les fluctuations économiques et les changements institutionnels. 

Nous nous limitons à la population des individus âgés de 18 à 64 ans, directement concernée par les transitions de et vers l’incapacité de travail et l’invalidité, et excluons les fonctionnaires, puisque ceuxci bénéficient d’un régime de maladie spécifique. En outre, dans ce papier, nous nous focalisons sur les salariés, qui représentent 85 % de la base d’étude, et pour lesquels nous disposons d’un plus grand nombre d’informations que pour les indépendants ou les autres statuts (étudiants, au foyer, autre inactivité). 

Nous montrons que les indicateurs liés à la santé ont un impact important sur les probabilités de se trouver dans un régime de maladie, et en particulier une santé subjective jugée bonne ou très bonne diminue fortement cette probabilité. A l'inverse, une limitation fonctionnelle ou une maladie chronique augmente les chances de transiter vers un tel régime. Un niveau de capital humain plus faible, mesuré par le niveau d'éducation, a un effet positif sur la probabilité de se trouver dans un régime de maladie plutôt qu'en emploi. Ceci peut s'expliquer par un effet revenu, et pour les individus en emploi à la période précédente, ceci peut aussi également être lié au contenu de l'emploi et au niveau de satisfaction qu'il apporte. Pour les individus au chômage à la période précédente, les individus plus jeunes ont une probabilité plus élevée de se trouver dans un régime de maladie. Ce phénomène peut être attribué au contrôle et au suivi de la recherche d'emploi plus intense chez les plus jeunes chômeurs, rendant la charge psycho-sociale plus forte. Les régimes de maladie joueraient alors un rôle de substitut au chômage. Parmi les individus qui quittent le chômage, les hommes vont plus souvent réintégrer le marché du travail que les femmes, et celles-ci vont plus souvent intégrer un régime de maladie ou une autre inactivité que les hommes. De même, pour les individus de 50 ans ou plus en emploi à la période précédente, les moins âgés ont une probabilité plus élevée de se trouver dans un régime de maladie, qui jouerait alors un rôle de substitut à la retraite anticipée.

De manière générale, les résultats mis en évidence dans ce Working Paper confirment un certain nombre d'hypothèses relatives aux déterminants des transitions des individus de et vers l'incapacité de travail, et sont cohérents avec la littérature. 

Toutefois, cette étude a mis en évidence les limites des données EU-SILC, dont leur caractère déclaratif, ou l’absence de certaines variables identifiées comme pertinentes dans la littérature. On peut notamment citer la charge mentale et la pénibilité du travail, même si ces deux derniers indicateurs sont particulièrement difficiles à construire sur base de données objectivables. Ces limites nous incitent à explorer dans le futur d’autres sources de données et à déterminer si celles-ci nous permettront de surmonter les limites évoquées dans la construction d'un nouveau modèle explicatif.

 

  Documents associés

    None

  Données à consulter

None

Please do not visit, its a trap for bots